Vous êtes effrayé (2/2)

peur du chose

Comment traiter des phobies spécifiques

Les phobies spécifiques ont le meilleur pronostic de tous les troubles anxieux. La guérison est une possibilité réelle, bien qu’il faille travailler dur ! Le seul traitement efficace éprouvé des phobies spécifiques est la thérapie cognitivo-comportementale et, plus précisément, la confrontation répétée avec l’objet de peur dans le cadre d’un processus connu sous le nom de thérapie d’exposition.

La réponse d’anxiété à un objet ou à une situation redoutée est essentiellement une fausse alerte, en ce sens que l’anxiété suscitée est largement démesurée par rapport au danger réel que présente l’objet ou la situation. Malheureusement, la tendance à éviter l’objet ou la situation empêche une personne d’apprendre qu’il n’y a peut-être pas tant de choses à craindre après tout. La personne peut probablement le reconnaître intellectuellement, mais d’une certaine manière, elle ne l’apprend pas vraiment au niveau émotionnel. C’est pourquoi le schéma se répète constamment : chaque fois qu’on lui rappelle la situation de l’objecteur craint, cela déclenche une réponse d’anxiété – même si la personne reconnaît intellectuellement que ce n’est pas raisonnable. Lorsque, au lieu de s’enfuir, la personne se confronte à la situation ou à l’objet jusqu’à ce que l’anxiété commence à diminuer, elle fait le premier pas pour s’enseigner, sur le plan émotionnel, qu’il n’y a pas autant à craindre qu’elle ne l’a déjà ressenti.

L’exposition peut se faire de manière graduelle ou progressive, la personne se rapprochant progressivement de l’objet redouté, peut-être même en commençant simplement par imaginer l’objet redouté comme première étape. Toutefois, des recherches ont montré que rien ne remplace l’exposition à l’objet réel de la peur. C’est ce qu’on appelle l’exposition in vivo, par opposition à l’exposition imaginaire.

Gestion des symptômes de certaines phobies

Votre rythme respiratoire augmente automatiquement dans le cadre de la réponse au combat ou à la fuite. Apprendre à ralentir votre rythme respiratoire lorsque vous êtes anxieux peut calmer certaines des autres sensations d’anxiété, et vous aider à vous concentrer sur votre esprit.

Tout d’abord, chronométrez vos respirations pendant une minute (une inspiration et une expiration).

Ensuite, asseyez-vous confortablement devant une horloge ou une montre avec une trotteuse et commencez à concentrer votre esprit sur votre respiration.

Respirez uniquement par le nez.

Essayez de respirer en utilisant le bas de votre ventre ou votre diaphragme, plutôt que les muscles de votre poitrine. Détendez votre ventre autant que possible.

Inspirez régulièrement pendant trois secondes, puis expirez pendant trois secondes. Chaque fois que vous expirez, pensez au mot “relax” et laissez vos muscles se détendre un peu plus – laissez vos épaules tomber et détendez votre visage.

Continuez à respirer pendant cinq minutes dans ce cycle de six secondes.

À la fin de ce cycle, comptez à nouveau vos respirations pendant une minute. Notez ceci.

En moyenne, une personne prend de dix à douze respirations par minute au repos. Votre rythme respiratoire peut être plus élevé qu’il ne devrait l’être. Certaines personnes souffrant de phobie sociale respirent constamment de façon excessive, tandis que d’autres trouvent que leur rythme respiratoire n’augmente que lorsqu’elles sont anxieuses. Dans les deux cas, une respiration lente peut aider.

Pour commencer, vous devrez vous entraîner alors que vous êtes déjà détendu. Ensuite, vous pouvez vous exercer progressivement dans des situations d’anxiété. Comme l’apprentissage de toute nouvelle compétence, la respiration lente demande du temps et une pratique régulière. Vous devez la pratiquer au moins quatre fois par jour.

Si vous avez une peur anormal vers un objet, ou vous développez une phobie spécifique vers quelque chose, alors n’hésitez pas de nous joindre par téléphone ou par e-mail afin qu’on vous proposer un spécialiste qui va vous aider à se débarrasser de votre peur.

Menu