Des conseils sur la meilleure façon de bien encadrer un préadolescent et de le préparer à l’adolescence

Des conseils sur la meilleure façon de bien encadrer un préadolescent et de le préparer à l’adolescence

adosPour les parents de préadolescents, on peut avoir l’impression que tout a changé du jour au lendemain: leur enfant, une fois ouvert et confiant, a soudainement besoin de son espace personnel la plupart du temps. Il peut également devenir morose, rebelle et provocant. Il voudra certainement une liberté sans précédent.

Si vous vous trouvez dans la situation susmentionnée, rassurez-vous: aussi déconcertants que ces changements puissent paraître, ils sont généralement temporaires (et parfaitement normaux). Bien que son comportement ne soit pas toujours évident, votre enfant a toujours besoin de vous. De plus, vous pouvez maintenir et finalement renforcer votre relation avec votre enfant en mettant en œuvre des stratégies parentales suivantes:

Ne prenez pas le comportement de votre préadolescent pour personnel

Bien qu’il soit naturel de se sentir un peu rejeté lorsque votre enfant semble soudainement vouloir ne plus rien avoir à faire avec vous, il est important de ne pas prendre ce comportement à cœur. (Si vous le faites, vous réagirez excessivement et endommagera inévitablement votre relation avec votre préadolescent). Votre enfant ne le fait pas exprès; son cerveau le pousse à rechercher l’indépendance dans le cadre de son développement naturel. Son attention est dirigée vers ses pairs plutôt que vers ses parents afin qu’il puisse commencer à acquérir les compétences dont il a besoin pour établir des relations saines avec des adultes. Laissez-le garder sa vie privée pendant cette période difficile et n’essayez pas de le forcer à rester ouvert avec vous. Etre trop insistant avec votre enfant ne fera que l’aliéner davantage et ouvrir la voie à des conflits à l’adolescence.

Réservez une ou deux fois par semaine un peu de temps pour la liaison parent-enfant

Bien que vous ne puissiez pas «faire en sorte» que votre préadolescent  se confiée à vous, vous pouvez vous assurer que vous êtes disponible s’il le souhaite. Une des meilleures façons d’y parvenir est de réserver du temps une ou deux fois par semaine pour vous rapprocher de votre enfant, du temps où vous lui accordez toute votre attention. Cela vous aidera non seulement à rester proche de  votre préadolescent, mais aussi à lui apprendre des compétences interpersonnelles qu’il pourra appliquer avec ses camarades. Vous allez donc réduire le nombre de conflits qu’il devra affronter (rappelez-vous, le conflit entre pairs s’intensifie généralement entre 9 et 12 ans).

Évitez de poser des questions directes et optez plutôt pour la curiosité compatissante

Les jeunes enfants pensent en termes relativement «noirs et blancs». Il est donc acceptable (et plus efficace) de leur poser des questions directes et claires sur leur comportement. (Par exemple, «Avez-vous eu une dispute aujourd’hui?», «Comment avez-vous passé l’examen aujourd’hui?», Etc.) Cependant, lorsque votre enfant atteint son adolescence, ces questions, qui faisaient partie de la vie quotidienne, vont probablement commencer à être envahissantes et même à porter un jugement. Il est important de savoir que les préadolescents se sentent généralement déjà dépassés par tous les changements qui se produisent dans leur corps et dans leur vie. Il est facile de les surcharger sans le vouloir.

La meilleure approche à adopter avec votre préadolescent est de lui faire savoir que vous êtes là  s’il veut parler, puis d’attendre qu’il se confie. Quand il le fait, utilisez une curiosité douce et compatissante pour l’encourager à communiquer davantage. (Par exemple, si votre enfant dit qu’il a eu une dispute avec son camarade à l’école, demandez-lui ce qu’il a ressenti. De même, vous devriez encourager votre enfant à exprimer son indépendance en lui demandant de penser à des solutions lorsqu’il a un problème. (Pour revenir à l’exemple précédent, vous pourriez demander: «Que pensez-vous qui pourrait vous aider, vous et votre camarade de classe, à parvenir à une résolution?») Quoi que vous fassiez, ne vous précipitez pas dans des conseils avisés; votre préadolescent se sentira congédié et peut-être même jugé si vous le faites.

Évitez de porter des jugements

Comme mentionné, les préadolescents traversent une période très délicate de leur vie, ils sont donc susceptibles d’interpréter les critiques même les plus légères comme des jugements sévères. Cela s’étend à la façon dont ils perçoivent vos remarques au sujet d’autres enfants. Par exemple, si vous jugez rapidement comment l’un des amis de votre préadolescent s’habille ou se comporte, il craindra probablement que vous ne soyez trop critique à son égard aussi. Votre adolescent sera plus enclin à s’approcher de vous s’il a l’impression que vous n’êtes pas rapide à en juger, alors limitez au minimum ces commentaires. (Cela ne signifie pas, bien sûr, que vous deviez écarter les règles et les limites, votre préadolescent en a encore absolument besoin. Assurez-vous simplement de gérer la discipline de manière calme, cohérente et sans porter de jugement.)

Vous devriez également être ouvert à regarder ce que votre préadolescent regarde (et à en profiter avec lui), à écouter de la musique qu’il aime, etc. Essayez de vous intégrer au monde de votre pré-adolescent de sorte qu’il se sente accepté et valorisé pour qu’il est.

Ne pas éviter les conversations difficiles

Alors que l’âge moyen auquel les adolescents ont leur première expérience sexuelle soit plus élevé que ne le supposent beaucoup de parents (environ 20% seulement des adolescents ont eu des rapports sexuels avant l’âge de 15 ans, selon une enquête multinationale), de nombreux adolescents font des expériences avec la drogue, l’alcool et la cigarette dès l’âge de 9 ou 10 ans. Des études affirme que l’âge moyen auquel de 12 à17 ans commencent à boire est de 13 ans. Il est donc absolument essentiel de parler à votre préadolescent de l’alcool et des drogues.

Bien que plusieurs années s’écoulent avant que votre préadolescent ne s’adonne à des activités sexuelles, vous devriez aussi avoir la parole à l’approche de la puberté, à la fois parce qu’un faible pourcentage de préadolescent deviennent sexuellement actifs et que la sexualité est liée à des problèmes d’image corporelle. Les troubles de l’alimentation, par exemple, se manifestent habituellement pendant la préadolescence, lorsque les adolescentes (et certains garçons) ont du mal à comprendre le développement sexuel de leur corps. Parler de sexualité donnera à votre préadolescent une chance d’aborder ces questions plus efficacement.

Équilibrer les extrêmes liés au sexe

Entre 9 et 12 ans, les filles abandonnent souvent leurs activités sportives et les garçons commencent à réprimer leurs sentiments dans le but de paraître «durs». Ces changements, qui reposent sur des préjugés inutiles que nos enfants ont intériorisés, ne sont bénéfiques pour aucun des deux sexes. Les recherches montrent que les filles qui continuent à faire du sport ont une meilleure estime de soi et obtiennent de meilleures notes que les filles qui n’en font pas. Entre-temps, il a été démontré que les garçons qui sont encouragés à exprimer leur vulnérabilité à cet âge développent des relations plus saines au cours de leur adolescence.

Être parent d’un préadolescent consiste à entretenir la confiance tout en maintenant des limites fermes et sûres. (N’oubliez pas que, même si votre préadolescent veut le croire, il a toujours besoin de limites pour se sentir en sécurité). Bien que cet équilibre ne soit pas toujours facile à atteindre, il sera largement rentable dans les années à venir. Un rôle parental efficace pendant la préadolescence jette les bases d’une relation solide et saine entre un adulte et son enfant.

Vous voulez que votre enfant aie une période d’adolescence saine, et vous cherchez des solutions à lui expliquer la phase dans lequel il passe, alors rejoignez-nous par téléphone afin qu’on vous mets en contact avec un psychologue qui lui convient.

Menu